C’était notre île.

Nous n’avons pas essayé d’en toucher les bordures. L’estran ouvrait les espaces.

L’air coulait dans la pierre, le soleil de son sommet.

Nous respirions dedans et à travers.

Nous étions l’île.